Acheter un cheval : pour qui et pour quoi ? Structure équestre
16 févr. 2019
498

Avant tout il faut savoir pour qui est destiné ce futur cheval et quelle sera ma pratique et ma relation. Etes-vous cavalier confirmé ou débutant ? Des enfants vont-ils monter ce cheval ? Cherchez-vous un cheval pour faire de la compétition ? Ces questions vont déjà vous orienter vers l'âge et la race éventuelle que vous allez choisir. En tant que cavalier débutant il n'est pas vraiment conseillé de vous procurer un jeune cheval pur-sang, de 3 ans et non débourré. A l'inverse, un cavalier voulant rapidement évoluer en compétition ne choisira pas un cheval en pré-retraite ou très peu sportif.


De façon générale un cheval est considéré jeune jusqu'à ses 6 ou 7 ans, il est mature et dans la force de l'âge jusqu'à ses 15 ans puis se dirige gentiment vers le bel âge. En moyenne un cheval est débourré vers les 3 ou 4 ans (2 ans pour les chevaux de course). Il est en retraite aux alentours de ses 18 à 20 ans, ce qui ne signifie pas qu'il ne peut plus être monté mais que la compétition touche à sa fin. Donc un cavalier peu expérimenté souhaitant faire de la balade devrait se diriger vers un cheval adulte, voir en retraite, bien dressé et peu compliqué à monter. Un cavalier souhaitant faire de la compétition pourrait, s'il en a les compétences et le niveau équestre, se consacrer au dressage d'un jeune cheval.

Pour savoir quelle race choisir il faut savoir quelle discipline on souhaite pratiquer. En effet, on ne demandera pas les mêmes qualités à un cheval de dressage qu'à un cheval de balade ou à un cheval de saut. Certaines races ont leurs atouts pour être sélectionnées dans une ou plusieurs disciplines.
Par exemple, pour pratiquer du dressage on choisira plutôt un cheval grand, bien formé ayant de belles allures rebondies et élancées. Les races allemandes ont la réputation d'avoir de bons chevaux de dressage telles que le Holsteiner, l'Oldenbourg ou encore l'Hanovrien.

Pour l'attelage en compétition de type marathon on choisira plutôt des chevaux robustes, maniables et endurants tels que l'Haflinger, le comtois, le franche-montagne ou le frison. Pour de l'attelage plus touristique on choisira des races plus lourdes et plus calmes comme le percheron, le boulonnais ou le trait du nord.
Si on souhaite pratiquer le saut d'obstacle on se dirigera vers des chevaux francs, ayant un mental sportif et compétiteur. Le
Connemara, le Selle Français, le BPW ou encore le KWPN sont des chevaux fréquemment rencontrés sur les terrains de concours hippiques.

Si on choisit une discipline plus complexe comme le concours complet il faudra choisir un cheval polyvalent, très endurant et qui ne soit pas sur l'œil. Le Trotteur français, le Pur-sang anglais et le Selle-français sont des races idéales.

Si on aime la magie du spectacle équestre on choisira des chevaux attentifs, joueurs, esthétiques et aux allures extravagantes telles que le lusitanien, le Pure race espagnole ou le Frison.

Pour l'endurance la qualité principale de ces chevaux est évidemment l'endurance, mais on recherchera aussi des races ayant un mental solide. Les plus sollicités sont le Pur-sang arabe et l'Anglo-arabe.

Pour l'équitation américaine il faudra des chevaux très puissants de l'arrière-main qui seront réactifs et endurants. Les races rencontrées sont le Quarter-horse ou encore l'Appaloosa.

Bien entendu il n'y a pas de règle stricte et de nombreux chevaux sont excellents dans des disciplines qui ne sont pas la leur. Il existe près de 400 races différentes d'équidés dans le monde (ma liste ci-dessus est bien peu exhaustive!) ce qui donne un panel important.

A vous de vous renseigner sur la race qui vous conviendrait le mieux en fonction de la discipline choisie mais aussi en fonction du caractère de l'animal. Certains chevaux sont considérés plus dociles et plus près de l'homme.

Après l'âge et la race, il faut maintenant savoir si l'on souhaite avoir un mâle ou une femelle. Dans l'ordre des facilités, le hongre (cheval castré) est le plus docile et le moins compliqué. L'absence d'hormone lui enlève une partie de son comportement de mâle dominant. Vient ensuite la jument, qui est plus délicate. La présence des chaleurs les rend parfois d'humeur changeante voir agressive. L'entier garde son instinct de domination, ce qui peut le rendre imprévisible et parfois dangereux, surtout à proximité de juments en chaleur. De la même manière, il n'y a pas de vérité absolue. Un entier peut être bien plus doux et soumis qu'un hongre au caractère bien trempé.


La chose la plus importante et qui déterminera votre choix est le COUP DE COEUR... Observez, écoutez, touchez puis montez et votre choix se fera naturellement.

L'auteur

Co-fondateur de Paddocks.fr